ACCUEIL

Yves Corentin Cariou

Histoire de Langon

 

Poèmes - Série 1

  1. Départ
  2. L'Etranger y vint s'asseoir
  3. Fakhra de Bérénice
  4. Les pleurs d'Agénor
  5. Ce qui se passe au ciel?...
  6. Papa Noël est mort
  7. Epiphanie sous les tropiques
  8. Pourquoi n'est-il pas né au Liban
  9. Abbouna Boulos
  10. Maronette

Poèmes - Série 2

  1. Yoyo

 

 

Poèmes - Série 2                        

             

            YOYO

 

On l'avait prénommée Yolande...

Et pourquoi?... Je me le demande!

Pour ne pas faire la-la-la

En lui disant: "Viens là, Yolla..."

L'avait-on trouvée dans les landes

De la Cordillère des Andes?...

Les chants de sa voix argentine

La rendait taquine et mutine,

Car Edith Piaf en toute chose

Lui faisait voir la vie en rose...

Elle était bien couleur nature,

Gentille fleur dans la verdure.

Jamais de rancune en sa bouche

Sur sa lèvre très peu farouche.

Vous tournant le dos sans rien dire,

Elle allait cueillir un sourire

Pour vous l'enrouler en guirlande :

Voilà comme elle était, Yolande...

 

Avec tous ses aller-retour,

Quand on s'amusait sur la cour,

Pour que ce soit plus rigolo,

Les garçons l'appelaient Yoyo...

Quand on l'envoyait balader,

Elle revenait sans tarder,

On ne pouvait la retenir,

Elle quittait pour revenir,

Comme un beau mouvement de rame,

De barque rose en ton Paname,

Car dans nos cœurs on a compris

Sont le Liban et puis Paris.

 

              Yves Cariou -                         1997                   

 


      DE QUELS DROITS?...

       

          ( Dialogue imaginaire)

           

      Les Droits de l'Homme!...

      Les Droits de l'Homme!...

      Avec ces mots on nous assomme,

      Car personne ne veut savoir

      Qu'il a aussi des devoirs...

       

      Le droit de bouffer,

      Le droit de "biafrer"

      Au Biafra

      Sans mafia...

      Les droits de faire chou blanc

      En mourant

      Au Liban,

      Sans la bonne parole.

      PETROLE

       

      Le droit de gémir,

      Le droit de sourire

      Au Zaïre...

      Dans le globe "d'en bas",

      Où l'on sonne le glas

      Dans les combats

      Ou le SIDA

      Au Libéria

      Au Katanga,

      En Angola,

      En Ouganda,

      Au Rwanda...

      -Oh la la!... ça va, ça va!...

      - Même on m'a dit,

      Au Burundi

       

      - Mais les droits des femmes?...

      - Des corps sans âmes...

      - Et les droits des mômes?...

      - Fantômes!

      Dans les pays des rois Lions,

      Où meurt l'enfance par millions...

      Avec machettes

      Et mitraillettes...

      - Mais que peut faire l'O.N.U.?...

      - Ni vu

      Ni connu!...

      Vous voulez dire "le Machin"?...

      Bien dénommé par l'Oncle, hein?...

      - Alors?... Tu me parles?...

      - Morbleu!... Par l'Oncle Charles!

       

              (XXè siècle finissant) - Yves Cariou

    Haut de page   

    P.S. Massacre de Sabra et Chatila septembre 1982


Fillette asiatique,

Aux robes soyeuses,

Fleur des bungalows,

Des bords pacifiques

Aux rives heureuses,

Prends garde aux salauds !

 

Le but touristique

A changé de code

Des gestes décents...

Un monde toxique

Salit la pagode

Aux parfums d'encens.

 

Voyages en songes

Qu'on dit exotiques

Sous les cocotiers,

Deviennent mensonges

Très économiques

Par charters entiers.

 

L'enfance est sereine,

Les vierges sont belles,

C'est un vrai trésor,

Mondes dans la gêne,

Vendez les pucelles

Des temples d'Angkor...

En terre biblique,

Près d'une fontaine

Au pied de l'Hermon,

Voici mon cantique,

Princesse lointaine

Du roi Salomon.

 

La belle des belles

Avait ta parure

Au soleil levant,

Ton aube aux dentelles

Et ta fière allure,

Fille du Liban.

 

L'honneur des familles

Est une auréole

Autour de ton front,

Brille en tes pupilles

Comme en la corolle

Le beau papillon.

 

Du mal érotique

Oh! fuis la blessure

D'un mortel affront !

Le serpent lubrique

Ne peut, bête impure,

Te mordre au talon(1)

 

Yves Cariou - 8 décembre 1999


(1) (Gn-III,15)


Poèmes - Série 2

 

      PSAUME LIBANAIS

       

      Mon calme léger, sous l'Esprit du Seigneur,

      A bondi sous mes doigts sur un rythme enchanteur.

       

      D'un tout petit enfant on chante la naissance

      Un fils nous est donné. La fleur de son enfance

       

      A percé le rameau de notre gardénia :

      J'en ai cueilli le sens comme un Alleluia.

       

      Ses fleurs si parfumées en mai veulent éclore :

      Cette année en automne il en avait encore :

       

      Trois boutons éclatés comme une neige blanche

      Décoraient le sommet de la plus haute branche.

       

      Miracle d'Aaron dont le rameau fleuri

      Annonçait aux Hébreux que Dieu l'avait béni(1).

       

      L'enfant porte à son front le sceau de la Sagesse

      Reçue à son baptême en cloches d'allégresse,

       

      Et comme une sonate aux cèdres fredonnée,

      La gloire du Liban enfin lui est donnée.

       

      Yves Cariou - 25 décembre 1998


      (1) (Nb- XVII, 23)

       

      Haut de page     

       


Poèmes - Série 2

      BALLADE DES SAINTS INNOCENTS

      Dame Folie m'a vendu sa marotte,

      Et me voici transi comme marmotte

      Qui va filant filous aux froids hivers...

      Mes vrais amis d'endroit ou de travers

      Me voient souvent des rondes des planètes,

      Conter bobards aux bas bleus des bobettes...

      Idiot je suis, mais très souvent absent,

      Je puis chanter sans tambour ni trompette,

        Je suis un innocent...

       

      Sagesse folle en cours des rois de France,

      De Triboulet j'ai perdu souvenance...

      D'Erasme itou je suis élogieux,

      Et de Thélème en bon religieux,

      J'ai toujours faim quand je suis de vigile,

      Pour l'âne roux j'ai délaissé Virgile

      Et vole au vent comme un parfum d'encens

      Vers un vieux cèdre en page de la Bible

        Je suis un innocent!...

       

      Des rois de France ou des rois d'Idumée,

      N'en faites point mystique bien-aimée,

      Car on connaît parmi ces majestés,

      Fieffés vilains velus et veloutés,

      Et dans Rama les démentes femelles

      Hurlent toujours en sanglantes mamelles,

      En parler aujourd'hui serait trop imprudent

      Pour en jaser devant nos jouvencelles :

        Je suis un innocent...

       

              ENVOI

       

      Princes lecteurs, si loin de l'Hérodien,

      Comme Nord est pointé sur méridien,

      Mais j'ai perdu en miroir trop magique

      Quand mage fin déguerpit sans musique

      En nous laissant en juste liberté

      Le lavement de notre saleté...

      Mais il fallut sacrifier la marmaille

      Comme aujourd'hui à Cana-la-Bataille...

      Soyez blanchis dans le sang du Liban

        Qui était innocent...

Yves Cariou