ACCUEIL

 

OUEST-FRANCE - Série IV

1977 - 1978 - 1979 -

 

O.F. Série 1 : 1944/1954

O.F. Série II : 1955/1965

O.F. Série III : 1966/1976

OUEST-ECLAIR (1899-1944)

 

Le 1er Août 1944 L'OUEST-ECLAIR sortait son dernier numéro.

Le 7 Août de la même année, avec son PREMIER numéro

OUEST-FRANCE

annonçait  la libération de la ville de Rennes

en même remps qu'un nouveau quotidien.

 

A la suite de Ouest-Eclair, ces nouvelles pages ont pour but de continuer la saga des rubriques quotidiennes éditées dans le nouveau journal. (Selon les disponibilités de la numérisation toujours en cours - Juin 2021 -)

- Ouest-France : Série 1 : 1944/1954  - Série 2 : 1955/1965 - Série 3 : 1966/1976 -  Série 4 : 1977 et à suivre


1977

    O.F. 4 janvier 1977

...puis licenciements annulés : Lire

    O.F. 6 janvier 1977

    FOOT

    Le point chez les Jeunes

JUNIORS

CADETS

    O.F. 19 janvier 1977

    Un accident de la circulation endeuille

    une famille de Langon

    Vendredi, en fin de journée, vers 18 h 30, au lieu-dit « la Gare » en Langon, sur la route qui va de Langon à Port-de-Roche, un accident de la circulation a coûté la vie à un jeune homme de 22 ans, Daniel Jallu, domicilié chez ses parents au bourg de Langon, élève du foyer de Beaulieu du centre des papillons blancs.

    Daniel Jallu marchait le long de la chaussée — dans une file de quatre personnes — sur la gauche de la route par rapport à son sens de direction, lorsqu'il a été heurté par un véhicule conduit par M. Louis Dupont, domicilié à Langon, qui venait en face, au moment où ce dernier croisait un autre véhicule.

    Daniel Jallu a été tué sur le coup. La jeune victime était le fils de M. Jallu qui a durant de longues années exercé la fonction de garde champêtre à Langon, et de Mme Jallu, notre correspondante dans cette commune, auxquels nous présentons nos condoléances sincèrement attristées.

    O.F. 23 février 1977

    Les inondations dans la région

    Grâce au barrage d’Arzal et à la régularisation du débit que l'ouverture et la fermeture des vannes permettent, les crues de la Vilaine ne seront sans doute plus jamais ce qu'elles ont été par le passé. Pour le pays de Redon et la basse Vilaine, en tout cas, il n'y a plus à craindre la superposition de l'eau dévalant de l'intérieur et de l’eau de mer amenée par la marée dont les effets se faisaient sentir jusqu'au-delà de Redon, pratiquement jusqu'à Beslé et Messac-Guipry.

    La situation n'en est cependant pas des plus brillantes actuellement et l’eau a envahi des milliers et des milliers d'hectares de marais, débordant sur les champs, sans toutefois prendre de véritables proportions catastrophiques.

    A Guipry, cependant, les maisons du port ont les pieds dans l’eau. A La Méaudais en St-Martin-sur-Oust, une ferme est entourée par les eaux, de même qu'à Port-de-Roche en Langon, mais les occupants ont refusé de quitter leur demeure, affirmant « qu’ils en ont vu d’autres ».

    A Malon, en Guipry, de nombreuses résidences secondaires sont isolées, et à Redon même, l'eau est venue « lécher » le haut des quais , dans la traversée de la ville...

    O.F. 14 mars 1977

    ELECTIONS MUNICIPALES

    LANGON

    13 élus.

    I. 979. V. 772. E. 740.

    LISTE POUR LA DEF. DES INT. COMMUNAUX. — Bos 101. Bourdet 209. Cavalan 86, Danet 105. Fraigefond 84, Garçon 67, Goasdoué 81. Margueritte 89, Périot 88. Ridoux 70. Rollais 82, Royer 88.

    LISTE POUR LE DEV. ET LA DEF. DES INT. DE LA COMMUNE DE LANGON. — 13 élus : Renouard 427, Gascard 507. Billard 443, Gérard Frangeul 446, Louis Frangeul 506, Gauvin 413, Laurand 436, Laurent 438, Mainguet 386, Moquet 544, Provost 451, Rocher 441. Rouaud 378.

    Election du maire

    Réélue Mme Renouard Yvonne, 9 voix ; M. Moquet Pierre, 3 voix ; M. Laurent Henri, 1 voix. – Premier adjoint, réélu M. Gascard Alphonse, adjoint sortant, 8 voix ; M. Moquet Pierre, 3 voix ; M. Laurent, 1 voix ; M. Billard Alexandre, 1 voix ; deuxième adjoint : M. Billard Alexandre, 10 voix ; M. Moquet Pierre, 3 voix.

    O.F. 5 avril 1977

    Répartition des commissions communales

    Commission de l’aide sociale : MM. Moquet Pierre et Laurand Georges. / Commission des chemins : MM. Gascard Alphonse, Laurand Georges, Provost Henri, Gauvin Auguste, Moquet Pierre et Rocher Alphonse. / Commission des bâtiments : Mme Renouard Yvonne. MM. Laurent Henri, Mainguet Ferdinand et Frangeul Louis. / Commission liste électorale : MM. Frangeul Louis et Mainguet Ferdinand. / Commission affaires économiques et financières : Mme Renouard Yvonne ; MM. Billard Alexandre, Rouaud Victor, Frangeul Louis, Laurent Henri et Gascard Alphonse. / Délégués auprès du comité de gestion village : M. Billard Alexandre ; Mme Renouard Yvonne, M. Frangeul Louis. / Vacances et classes vertes : MM. Frangeul Louis et Laurent Henri ; suppléant, Gascard Alphonse. / Commission sports-loisirs : MM. Moquet Pierre, Frangeul Gérard, Mainguet Ferdinand, Laurand Georges et Rouaud Victor. / Commission du P.O.S. : Mme Renouard Yvonne, MM. Gascard Alphonse, Laurand Georges, Billard Alexandre et Rocher Alphonse. / Le Petit Langonnais : M. Billard Alexandre / Syndicat d’électrification : MM. Moquet Pierre et Rouaud Victor. / Syndicat des eaux de Port-de-Roche : Mme Renouard Yvonne, M. Gascard Alphonse. Gauvin Auguste, suppléant.

    O.F. 21 avril 1977

    O.F. 3 mai 1977

    A Langon, un 1er Mai sous le signe de l’amitié sportive

    L’initiative de placer le 1er mai sous le signe du sport avait été bien accueillie et se trouva couronnée de succès. Le programme qui a eu pour cadre le stade de la La Lande comportait un tournoi de football corporatif et un match de vétérans.

    Dix équipes représentant Langon et Beslé étaient engagées pour ce tournoi organisé avec la participation technique de l'Espérance de Langon-Beslé Elles représentaient les entreprises locales (Balac, Roux, Rouaud. Lehurt) ainsi que les artisans, les commerçants, les fonctionnaires, les cultivateurs, les travailleurs. La formule du jeu à sept ayant été adoptée le grand terrain se trouvait divisé en deux parties latérales qui furent occupées sans interruption. Deux groupes ayant été formés, chaque équipe avait quatre rencontre â disputer Dans ces formations, l'on voyait des footballeurs pratiquant régulièrement ou ayant fréquenté les stades. L’on y voyait aussi de bonnes volontés, tenant à faire honneur au renom de leur entreprise. Hélas ! les jambes ne suivaient pas toujours la tête, d’où les loupés, les chutes et ce pittoresque créait une ambiance de bonne humeur sur les touches garnies d'un public relativement nombreux.

    Cette constatation fut encore plus flagrante pour cette vingtaine de vétérans répartis en deux « onze » sans tenir compte de professions ou classes sociales. De cette demi-heure passée sur le stade certains ont dû conserver un souvenir plutôt douloureux. Un seul but fut marqué

    Cet intermède très apprécié permit au public d'attendre patiemment la finale opposant l’entreprise Lehurt à l'équipe représentative des commerçants. Cette dernière, aux éléments plus frais, remportait par un but à 0 et s’adjugeait la coupe.

    Il fallait bien un vainqueur. Mais le but de cette réunion était de rassembler sous le signe de l'amitié, patrons, cadres, employés, ouvriers et leurs familles. Il a été atteint et c’était le principal. Cette manifestation fut honorée de la présence de Mme Renouard, maire de Langon, et de l’abbé Rocher, recteur.

    J. M.

    O.F. 9 mai 1977

    ...Un incident, dès le début, avec l'annonce par Mme Renouard, maire de Langon, du retrait de son village dit SIVOM.

    Mme Renouard, maire de Langon, prend tout de suite la parole pour annoncer le retrait de sa commune du SIVOM :

    « Nous vous avions fait confiance pensant qu'un travail important de solidarité entre les communes s’accomplirait. Or, nous avons été lésés. Ainsi, pour l'usine d’incinération, nous avons payé sans être concernés. Et tous les écrits des pouvoirs publics nous avaient assuré du contraire. De plus, handicapés par l’éloignement nous ne bénéficierons pas des réalisations à venir ». Enfin Mme Renouard reproche la suppression d’articles des statuts avant de conclure : « Nous sommes prêts à collaborer de nouveau al des changements se produisent dans la façon de travailler, en tenant compte de la volonté de toutes les communes ».

    M. Tiger, maire de Redon et président sortant, s’étonna de la décision prise par le conseil municipal de Langon et réfute les critiques : « Il n’y a pas eu de réforme des statuts ni de modifications de projets. Et l'éloignement de Langon n'est pas un argument puisque nous n’avons pas de limites pour nos opérations industrielles et commerciales ». M. Tiger reconnaît la protestation de Mme Renouard fondée au sujet de l’usine d’incinération mais « dans tous les autres cas - et notamment pour la zone portuaire - nous avons tenu compte des désirs de tous. Et vous avez toujours disposé des éléments d'information nécessaires. La bonne entente entre tous est avant tout une affaire de volonté ».

    A son tour, M. Ehrmann rappelle l’utilité du Syndicat intercommunal du Pays de Redon : « Une instance nécessaire compte tenu des complications administratives découlant du découpage. Le SIVOM peut et doit faire preuve de solidarité et mes efforts tendront au maintien en son sein des communes qui y sont ». Le sous-préfet de Redon admet qu’un « problème de fond existe au sujet de l’usina d’incinération, mais, en améliorant le fonctionnement du SIVOM, les choses rentreront dans l’ordre... »

    Mme Renouard quittait alors la salle, rendant ainsi officiel le retrait de Langon du SIVOM...

    O.F. 23 mai 1977

Lire

    O.F. 27 mai 1977

    Le concours des maisons fleuries à Langon

    Fort judicieusement, la municipalité de Langon avait posé la candidature de la commune pour le concours départemental des maisons fleuries.

    A la suite d’une visite d’ensemble faite par un jury composé de personnes choisies parmi les vacanciers, agréablement surpris de l’effort d’un grand nombre d’habitants de Langon, le jury de l’arrondissement comprenant M. Erhmann, sous-préfet ; M. Gaël du Halgouët, maire de St-Just, et vice-président de la commission du tourisme au conseil général ; et le chef jardinier de la ville de Redon, accompagnés de Mme Yvonne Renouard, maire, vinrent sur la place établir une sélection qui se conclut ainsi :

    En catégorie 1 (maison avec jardin visible de la rue). – M. Babin de la Garrelais (route de Beslé), premier prix.

    En catégorie 3 (maison avec balcon et terrasse sans jardin, visible de la rue). – Mme Leblanc, au Bourg, premier prix.

    Ces lauréats verront-ils leurs efforts récompensés sur le plan départemental ? Attendons la décision de la commission venue « incognito » au début de la semaine au cours de son périple à travers les communes candidates.

    %%%%%%%%%%%%%%%%

    Après la kermesse paroissiale.

    Cette manifestation qui avait pour cadre les Pins-de-la-Lande, a connu, dimanche, son double caractère de fête paroissiale et de fête familiale. En fin de matinée, la messe fut célébrée sur le terrain avec chants accompagnés à la guitare ; l’après-midi, la fête champêtre fut l’occasion de rencontres entre amis. Stands, concours et jeux (dont le bowling), loteries permirent à de nombreux visiteurs de se divertir et de faire des heureux.

    O.F. 17 juin 1977

    « Les Ajoncs d’Or »,

    Club du troisième âge de Langon départ prometteur

    « Le temps est venu pour la création du club du 3e âge », écrivait Mme Renouard, maire de Langon, dans le bulletin municipal « Le Petit Langonnais » du mois de mai.

    Depuis plusieurs mois, cette création était souhaitée. Il fallait un local indépendant. Les locaux de l’ancienne mairie se trouvant disponibles, Mme Renouard mit une salle à disposition des promoteurs de ce club d’amitié qui s’y réunirent le 10 juin pour former un bureau ainsi composé :

    Présidente, Mme Ricordel ; vice-présidente, Mme Leblanc ; secrétaire, M. Nevou ; trésorière, Mme De Beets (plus…)

    Le téléphone arabe a fonctionné et le mardi 15 juin, une quinzaine de personnes se trouvaient rassemblées dans cette salle : les hommes jouant à la belote, les dames faisant du tricot ou du canevas, tout en bavardant, cela va de soi…

    Ainsi ce club se trouve lancé, « un club » pour reprendre le Petit Langonnais « qui ne concerne pas que les personnes originaires de Langon, mais avec elles, toutes les personnes retraitées qui ont choisi Langon pour cette partie de leur vie, peut-être la plus riche. »

    L’ambiance était excellente mardi après-midi et cela est un encouragement pour les membres du bureau auxquels incombe la tâche administrative, préparation des statuts, élaboration de projets, organisation des loisirs…et financement.

    Que les personnes intéressées prennent note que ce club est ouvert à tous et à toutes chaque mardi de 15h à 18 h.

    %%%%%%%%%%%%%%%%                     

    Changement de dépositaire

    Mme Jolivel, prenant sa retraite, après 18 ans de service comme dépositaire, sera remplacée par M. et Mme Goussin, à partir du 16, au bourg.

    O.F. 21 avril 1977O.F. 24 juin 1977

    LANGON

    Ce soir, sur la lande, fest-noz et feu de la St-Jean

    L’association culturelle « Les Menhirs » veut, cette année, faire revivre une tradition chère au cœur de tous les anciens du Pays de Vilaine.

    Elle convie tous les habitants de la commune et des environs à se rendre ce soir, sur la lande, à partir de 20 h, pour un fest-noz animé par As Kolenn Glass et qui sera suivi, vers 22 h, de l’embrasement du feu de la Saint-Jean.

    O.F. 8 juillet 1977

    La demande de retrait de Langon : Le S.I.V.O.M. la déclare irrecevable.

    Lors de l’assemblée générale du 8 mai, Mme Renouard, maire de Langon, avait quitté la salle, en déclarant que son conseil municipal avait pris la décision de se retirer du S.I.V.O.M. au cours de sa réunion du 30 mars 1977.

    Au sujet de l’éventuel retrait d’une commune adhérente à un S.I.V.O.M., il existe une législation précise, que si la demande est maintenue, impose de lourdes pénalités à la commune qui se retire. Tenant compte de cette législation, le bureau a estimé à l’unanimité, qu’une telle demande n’était pas recevable, et ne saurait être acceptée. Lors de la réunion, M. Tiger, maire de Redon, a notamment déclaré à propos de cette affaire , « la solidarité naturelle des communes, les engagements financiers contractés, les garanties d’emprunts décidées et les réalisations actuellement en cours, qu’il s’agisse de la zone portuaire, de l’usine des « Celluloses de la Loire », à Allaire, de l’usine d’incinération ou de la collecte des ordures ménagères, autant d’engagements qui ne permettent pas, selon l’avis du bureau, une réponse favorable à la demande de la commune de Langon ». Les membres du S.I.V.O.M. ont suivi ces réflexions et des démarches sont envisagées pour faire revenir le conseil de Langon sur sa décision.

    O.F. 11 juillet 1977

    Langon

    Au conseil municipal : comptes administratifs et subventions.

    Le conseil municipal s'est réuni récemment sous la présidence de Mme Yvonne Renouard, maire, et a pris les décisions suivantes.

    Comptes administratifs — Le maire s'étant retiré. M. Gascard premier adjoint, a présenté à ses collègues les comptes administratifs du maire et du receveur municipal. Ces deux comptes, qui se soldent par un crédit de 50 243 F. ont été approuvés.

    Les subventions. - Liste des subventions accordées par le conseil : syndicat d'initiative de Langon, 2000 F : sports école publique, 300 F ; Chambre des Métiers d’Ille-et-Vilaine, 100 F ; maison familiale de Messac. 100 F ; maison d’agriculture de Derval. 150 F ; Prévention routière, 70 F ; club des Ajoncs d'Or de Langon, 200 F ; Papillons Blancs de Redon, 200 F ; comité d’Ille-et-Vilaine pour la tuberculose. 50 F ; lutte contre le cancer. 100 F ; association pour les aveugles. 50 F ; Maison de la Bretagne, 50 F ; association contre la myopathie. 50 F ; syndicat agricole de Langon, 150 F ; anciens combattants de Langon. 150 F ; petite région naturelle de Redon, 50 F ; société sportive Espérance Langon Beslé, 3 500 F ; comité de gestion du village vacances, 2 000 F ; subvention exceptionnelle pour la société sportive Espérance Langon Beslé 5 721.69 F.

     Mme Méléard, nouvelle secrétaire générale de mairie. – Dans le dernier « Le Petit Langonnais », bulletin municipal d’informations, Mme Renouard annonçait le prochain départ de Mme Delanoë, secrétaire générale de mairie, après avoir passé trente ans au service des Langonnais. Mme le Maire déclarait quelle « serait heureuse que les présidents d'associations ou de groupements ou simplement les habitants de la commune s'associent à la municipalité pour lui présenter leurs marques de sympathie dans le courant de juillet. » Mme Delanoë a cessé ses fonctions au 1" juillet et est remplacée à ce poste par son adjointe, Mme Méléard, qui assurera seule le service d’ici une nouvelle décision du conseil. En conséquence, l'assemblée communale a fixé ainsi les heures d’ouverture du secrétariat de la mairie : tous les jours ouvrables - de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 17 h, sauf le lundi matin, et le samedi après-midi.

    Répurgation. - Depuis le 1*r juillet, le ramassage des ordures ménagères est effectué les mardis et les vendredis pour le bourg et les vendredis pour les villages.

    Questions diverses. – Au nombre de ces questions figuraient la remise en exploitation des carrières du domaine de la Champagne et, la protection de la nappe d’eau du Port-de-Roche.

    O.F. 4 août 1977

    Langon

    Le village de la Lande du Moulin.

    Une forme nouvelle de tourisme : les gîtes. A Langon, se sont des gîtes communaux qui sont offerts aux touristes. Lire la suite

    O.F. 9 août 1977

    Langon

    Cérémonie du souvenir des fusillés et victimes de la Déportation - Lire

    O.F. 12 août 1977

    Langon

    Exposition de travaux au club des Ajoncs

    Le club du troisième âge les Ajoncs d’Or en est à sa huitième semaine d’existence, une courte période, mais déjà riche en résultats. L’ambiance y est bonne tous les mardis et du bon travail a été réalisé par les dames, broderies, travaux au crochet, coussins. Ce ne sont pas des travaux d’un intérêt personnel car elles en font cadeau au club pour aider à son autofinancement pour faire l’objet d’une exposition vente.

    Quelques hommes sont déjà adhérents de ce club du troisième âge. S’ils font des parties de belote au cours de ces réunions d’amitié, ils n’en apporteront pas moins leur participation à cette exposition par les plantes et fleurs de leurs jardins. Elles apporteront une décoration appréciée à cette salle de l’ancienne mairie où se tiendra cette exposition les dimanches 14 net lundi 15 de 9 h 30 à 12 h 30 et de 15 h à 18 h.

    O.F. 12 septembre 1977

    Langon

    Nécrologie

    MLLE JEANNE DELANOE

    Mlle Jeanne Delanoë est décédée dans sa 80e année, à l'hôpital de Redon, des suites d'une longue maladie.

    Originaire de Langon, elle a consacré 50 années de sa vie au service de l'enseignement privé dans le diocèse de Rennes, dont plusieurs années à Langon. - Ouest-France 2 novembre 1966 -

    Les obsèques de Mile Delanoë seront célébrées, ce lundi, à 15 h, en l’église de Langon.

    O.F. 14 septembre 1977

    Le club des Ajoncs d’Or de Langon fête ses doyens

    En ce mardi, 13 septembre, la réunion hebdomadaire du club du troisième âge les Ajoncs d’Or de Langon, coïncidait avec l’anniversaire, le 80e, de M. Jean Ricordel, époux de la présidente. Le club n’étant ouvert que depuis le mois de juin, ce fut l’occasion de fêter les autres doyens. Dont Mme Clara Coignard, 87 ans, Mme Vve Delanoë, de la Garrelais, 81 ans, et Mme Augustine Lemer, de la Gare, 80 ans.

    Quelques-uns étaient absents et cependant l’assistance était nombreuse, « Présence indispensable » avait-il été affiché sur la porte du local, et les responsables durent aller chercher en supplément chaises et verres. D’un seul souffle, M. Jean Ricordel, éteignit les bougies dont chacune marquait une décennie.

    %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%

    PLUSIEURS LANGONNAIS A L’HONNEUR

    Au cours de la cérémonie marquant la journée régionale du souvenir de la Résistance et de l’amitié alliée, qui s’est déroulée dimanche dernier à Crevin, plusieurs Langonnais ont été mis à l’honneur : M. René Gaudichon, du bourg, a reçu la croix de guerre ; M. Lucien Letort, de la Chapronnais, la médaille de combattant volontaire guerre 1939-45. D’autre part, MM. Pierre Guihaire, de la Morinais et Joseph Guérin, de Villeneuve (actuellement à Nantes) ; ont reçu la croix de combattant.

 

 

A gauche, résultats après la deuxième journée. :    

 

 

    O.F. 5 octobre 1977

    Au conseil municipal de Langon : une troisième classe à l’école publique

    Le conseil municipal s’est réuni dernièrement en séance extraordinaire sous la présidence de Mme Renouard, maire.

    Deux questions importantes figuraient à l’ordre du jour.

    Ateliers ruraux. – Une association des maires des communes rurales du canton de Redon a été créée et acceptée par délibération en date du 9 mai 1977. Pour cette société, un apport financier est calculé au prorata du nombre d’habitants. Pour Langon, cet apport serait de l’ordre de 3 143.73 F. Le conseil donne son accord et autorise le maire à inscrire cette somme au budget supplémentaire. Langon a proposé un local pour ces ateliers ruraux qui emploieraient des jeunes de 18 à 25 ans à la fabrication de petites pièces pour une firme spécialisée.

    Ouverture d’une troisième classe à l’école publique. – L’inspecteur primaire a demandé au maire de prévoir l’ouverture d’une troisième classe à l’école publique, l’effectif de la classe primaire atteignant 32 élèves (pour un maximum de 26).

    Le maire avait demandé au cours de cette réunion l’avis des membres du conseil. Cette classe devrait être ouverte dans la salle de l’ancienne mairie actuellement occupée par le club du 3e âge.

    Le conseil a demandé au maire de contacter les maires des communes voisines pour leur participation financière aux frais de fonctionnement et d’équipement. Les communes intéressées pour l’ouverture de cette classe primaire sont La-Chapelle-de-Brain (4 élèves) et Ste-Anne-sur-Vilaine (1 élève).

    L’inspecteur d’Académie a donc créé un poste d’enseignante pour cette 3e classe qui se trouve installée momentanément dans une salle du bâtiment des classes vertes.

    O.F. 6 octobre 1977

    Langon

    ETAT CIVIL

    Naissances. – Aurélia Pinot, la Buntais ; Anne-Michèle Hinot, la Chapronnais.

    Publication de mariage. – Jean-Pierre Gaudichon, agriculteur le Sionnais-du-Bot, et Maryvonne Provost, agricultrice, la Riolais.

    Mariage. – Jean-Pierre Dutour, serrurier, Fossé (Val d’Oise) et Marie-Hélène Brard, trieuse classeuse, Fossé.

    Décès. – Jean-Marie Delanoë, 79 ans, retraitée, la Louzais ; Albertine Vitré, veuve Moineau, 75 ans, Heinlée ; François-Marie Grasland, 74 ans, retraité Ponts et Chaussées, la Chenac ; Pierre Brard, 56 ans, cultivateur, Tréau.

 

    O.F. 27 octobre 1977

    Dans la conjoncture parfois difficile que connaît actuellement la vie économique dans la région redonnaise, il est réconfortant de saluer la vitalité et l’expansion d’une industrie artisanale implantée (et cela peut peut-être servir de test) dans un milieu rural.

    Tel est le cas des Ets Adolphe Roux, spécialisés dans la fabrication et l’installation de cuisines dont le siège et les usines sont installés sur le territoire de Langon.   Lire la suite.

    O.F. 31 octobre 1977

    Une dizaine de personnes ont suivi une partie des travaux de la dernière séance du conseil tenue le lundi 24 octobre sous la présidence de Mme Yvonne Renouard, maire.

    Assistance inusitée et intéressée en grande partie par la discussion sur l’ouverture d’une troisième classe à l’école publique.

    Mme le maire rappelle les circonstances qui ont contraint le conseil à accepter l’ouverture d’une troisième classe pour le cours élémentaire de l’école publique malgré le coût imprévu résultant de cette opération et les réponses négatives des municipalités voisines concernées, La Chapelle-de-Brain et Ste-Anne-sur-Vilaine.

    Après avoir envisagé l’aménagement de la salle de l’ancienne mairie, le conseil trouve plus sage de retenir l’ancien logement de l’instituteur situé au-dessus de la cantine, ce qui nécessite la construction d’un escalier extérieur. Mme le maire a été chargé de prendre contact avec les entrepreneurs et de faire une demande de subventions.

    Lotissement de la prairie. – Trois lots restent à vendre, de superficie respectives de 1 330 m2, 505 m2 et 560 m2. Le dossier va être remis à un second notaire et sur la suggestion de M. Billard, adjoint, un panneau sera apposé en bonne place donnant toutes indications, les renseignements complémentaires pouvant être donnés en mairie.

    Voirie. – M. Gascard donne lecture du compte-rendu de la commission de voirie dont la teneur a paru dans le bulletin d’informations municipales.

    Le conseil donne son accord à la prévision des travaux. Pour les aménagements divers dans le bourg, passages cloutés et dans certains villages, pose de panneaux de limitation de vitesse ; contact sera pris avec les services de l’Equipement.

    Abris scolaires. – MM. Billard, adjoint, et H. Laurent, conseiller ont accepté d’étudier, à partir des données actuelles, les emplacements précis où devront être installés les abris scolaires supplémentaires.

    Ateliers ruraux. – Le premier de ces ateliers ruraux, sera ouvert à Brain-sur-Vilaine dans l’ancienne école privée dont la commune de La Chapelle-de-Brain a fait l’acquisition. Les employés de cet atelier ruraux seront choisis dans la liste des demandeurs d’emplois (des deux sexes) de chaque commune adhérente à l’Association des maires des communes rurales du canton de Redon par l’Association nationale de l’emploi à Redon. Ils seront invités à subir ensuite des tests d’aptitude.

    Le premier de ces ateliers ruraux devrait être ouvert à Brain-sur-Vilaine le 15 novembre. Dans trois ou quatre mois, un second atelier pourrait être ouvert à Langon. Un des bâtiments de la lande à été proposé à cet effet et a été visité la semaine dernière par des délégués de la firme intéressée accompagnés de membres de la commission des travaux. L’état des lieux donnant entière satisfaction, il y a lieu de prévoir l’aménagement intérieur de ce bâtiment.

    Questions diverses. – Ces questions diverses sont l’occasion pour les membres de l’assemblée communale de proposer certaines suggestions ou de présenter des réclamations dont note a été prise. A noter la communication de M. Pierre Moquet annonçant qu’un animateur de la Jeunesse et des Sports a pris contact avec Mme le maire et lui-même pour formation et initiation des sections de volley-ball et basket-ball.

    O.F. 9 novembre 1977

Lire


O.F. 21 novembre 1977

LANGON / MANIFESTATION SPORTIVE SCOLAIRE

Une manifestation sportive se déroulera le mardi 22, à partir de 14 h sur les terrains de sports (école des Frères, stade municipal) et le sous-bois près de l’école. Les écoles de La Chapelle-de-Brain, Sainte-Marie, Bains-sur-Oust Sainte-Anne-sur-Vilaine, Sixt-sur-Aff et Langon y participeront, cette épreuve étant marquée par une course d'endurance .. Dix départs seront donnés, par classe et par sexe, avec un parcours adapté à la catégorie, avec qualification pour une épreuve sur le plan départemental. L'école est chargée de l'organisation. Les parents sont invités non seulement à encourager leurs enfants mais aussi à prêter leur concours aux organisateurs.

 

    O.F. 23 novembre 1977

    532 participants à la journée de l’U.G.S.E.L. à Langon.

    Sauf erreur de la machine à calculer, le nombre d'enfants participant à cette journée de IUGSEL à Langon atteignait 532 participants, garçons et filles.

THEÂTRE AVEC LA TROUPE DES MENHIRS

Les comédies écrites par Germaine Acremant ne sont pas vieillies et dépassent encore les feux de la rampe.

C’est une œuvre de G. Acremant que la troupe des Menhirs a choisie pour la veillée de Noël, à la salle de Langon : « Gai, marions-nous », comédie en trois actes. Samedi 24, lever de rideau à 20 h 30.

P.S. Pièce déjà jouée par la Troupe des Menhirs à l'époque de sa splendeur passée : O.F. Avril 1951


1978

    O.F. 5 janvier 1978

    « Gai, marions-nous » à la salle des Menhirs

    Pour la veillée de Noël, la troupe locale « Les Menhirs » avait repris la comédie de G. Acremant. Cette œuvre avait été donnée il y a vingt ans* dans cette salle des Menhirs et l’un des acteurs** avait repris ce rôle dans lequel il avait excellé…il y a vingt ans*. A côté d’acteurs et d’actrices chevronnés, des jeunes affrontaient pour la première fois les feux de la rampe. Ils le firent avec application et bonne volonté, et l’interprétation de cette charmante comédie recueillit les suffrages d’une nombreuse assistance. Ajoutons que la mise en scène avait été particulièrement soignée.

    Deux autres représentations seront données le samedi 7, à 20 h 30 ; et le dimanche 8, à 15 h. Salle chauffée.

    *Plus exactement 27 ans (1951)

    ** André Trémoureux.


O.F. 12 janvier 1978

    SOIXANTE-QUATRE CONCURRENTS AU TOURNOI

    DE TENNIS DE TABLE DE L’ESPERANCE DE LANGON-BESLE

    Il y avait de l'ambiance samedi soir à la salle de la Lande où la section de tennis de table, de création récente, organisait sa première compétition réservée aux amateurs de Langon et de Beslé...

    Ils étaient 64 engagés, de toutes catégories (le président du club, M. P. Moquet ayant donné l'exemple) qui furent encouragés par une belle galerie de sympathisants... Malgré ce nombre dépassant les prévisions, la réunion parfaitement organisée par Paul Urvoy, bien secondé par Daniel Corbel, se déroula sans (temps morts) et donna lieu à des rencontres disputées avec beaucoup d’ardeur...

    La finale des vétérans fut particulièrement suivie avec attention et Eugène Berger l’emportait par 2 sets è 1 sur Jean Février et recevait la coupe remise par MM Urvoy et Corbel.

    Un objet d’art était remis à Gervaise Février, vainqueur de Régine Frangeul. La coupe du syndicat d'initiative, disputée avec handicap, constituait le « clou » de la soirée...

    La finale opposait Thierry Lehurt (junior) à Philippe Frangeul, un cadet qui se défendit vaillamment et s'inclinait par 2 sets à 1 (22-20, 19-21, 21-14) à la suite d'une partie qui tint les spectateurs en haleine. Les concurrents furent longuement applaudis et ils le méritaient bien.

    O.F. 14 février 1978

    A l’Espérance de Langon

    Le tennis de table... c’est parti !

    Bon nombre de jeunes pratiquant le tennis de table en dilettante, un mordu de ce sport, le vétéran Paul Urvoy, se propose de les grouperen une section filiale du club local, l’Espérance de Langon-Beslé.

    M. Pierre Moquet, le président, et ses collègues du comité, encouragèrent cette création qui se trouva officialisée au cours d’une réunion tenue au début de janvier.

    Une partie du baraquement dont dispose le club local sur la Lande fut mise à disposition des pongistes, une vingtaine dont quinze adultes. Trois salles se trouvent aménagées dans des conditions satisfaisantes ety l’inauguration (officieuse) s’est déroulée vendredi dernier.

    Pour la circonstance, La Du Guesclin du Grand-Fougeray avait délégué une bonne formation.

    L’Espérance était représentée par une équipe comprenant Jean-Marie Février, Daniel Aulnette, Daniel Corbel, Thierry Lehurt, Bernard Bretel et le responsable animateur, Paul Urvoy.

    Disputée selon les règles d’une rencontre officielle, cette confrontation amicale vit la victoire des Langonnais par 1 victoires à 9. Un départ encourageant.

    D’autres rencontres amicales sont prévues : le vendredi 24, l’équipe de Pipriac sera l’hôte de la salle de la Lande et l’Avenir de Rennes a été pressenti pour une soirée de démonstration.

    Et la saison prochaine, deux équipes représenteront le club local dans le championnat départemental.

O.F. 16 février 1978

Conseil municipal de Langon :

L’affaire Roux

 

    La réunion tenue récemment fut présidée par M. Alphonse Gascard, premier adjoint. Après avoir ouvert la séance, celui-ci excusa Mme Yvonne Renouard, maire.

    Affaire Roux. M Adolphe Roux industriel à Langon, a fart une demande afin que te terrain dont il est propriétaire à la Lande je la Jaunais soit déclaré en zone constructible et de pouvoir y édifier une usine


    Ce terrain figure au cadastre sur la parcelle YB 74, et est mitoyen de la parcelle Y6 80 appartenant à la commune et reconnue inculte.

    Pour trouver une solution à cette affaire, M Billard propose une délibération d’après laquelle « le conseil municipal, a l'unanimité, décide que les parcelles YB t4 et YB 80 seront classées en zone constructible artisanale afin d’autoriser M. Roux à y édifier une usine. Le P.O.S. sera aménagé en conséquence. La commune accepterait de vendre à M Roux la parcelle YB 80 ».

    Cette délibération stipule également que « M. Roux devra préciser par écrit ses intentions de prise en charge de l'eau, assainissement et électricité ».

    Dans ces conditions, la commune accepterait de prendre à sa charge la modernisation du chemin d'exploitation reliant l’usine à la route départementale ; à ce sujet, M. Gascard a précisé la possibilité de l’octroi d'une subvention.

    Ateliers ruraux. - A l’issue de la réunion, M H. Laurent, membre de la commission des travaux, a invité ses collègues à se rendre sur la Lande afin de se rendre compte de l'avancement des travaux effectués pour l’aménagement du baraquement destiné aux Ateliers ruraux (ouverture le mois prochain).

    Dimanche, à Saint-Joseph

    pardon et kermesse

    Au Chêne Mort, sur la route de Renac, une chapelle dédiée à saint Joseph fut de longues années un centre de rassemblements à l’image des pardons bretons.

    Déjà, dès le matin, l'affluence était importante pour la messe et ensuite débutaient les réjouissances.

    Les anciens se souviennent très bien de cette fête populaire qui pouvait alors rivaliser avec la Foire Teillouse ou la Foire Fleurie de Redon.

    L’on y venait de fort loin. Une vaste prairie était réservée au marché aux bestiaux (bœufs, chevaux, etc.). Affaire conclue le maquignon donnait à son client une ristourne, le « non gain - en L’occurrence, une pièce de monnaie qui était déposée aussitôt au pied de la statue de Saint-Cornély face à celle de Sainte Apolline le soir la sébile était bien garnie.

    Les marchands forains dressaient leurs éventaires sur le terreplein devant la chapelle. Le cidre était tiré à la clé, les maraîchers proposaient des plants d’oignons et le soir on dansait.

    Cette manifestation populaire, dénommée la Foire aux oignons, continua à obtenir son succès même pendant l’occupation et ensuite pendant plusieurs années. L’idée en a été reprise sous une formule nouvelle dimanche 19. A 9 h à la chapelle, messe avec bénédiction des rameaux. A 14 h, ouverture de la kermesse. A 15 h, cérémonie religieuse présidée par le père Perrero des pères de la Salette.

    O.F. 17 mars 1978

    LANGON

    Participation massive à la finale de secteur

    du cross des écoles privées

    Ils étaient près de deux cents, garçons et filles, élèves des écoles primaires privées de la région de Redon à se retrouver, mercredi après-midi, sur le terrain de sports de l’école de Langon La finale de la compétition de cross rassemblait les équipes qualifiées et les opposait par cours et non par catégories d’âges. Plusieurs personnes de Langon prêtaient leur concours à l'organisation de cette compétition qui se déroula sur un parcours très sélectif et dans de bonnes conditions

    O.F. 5 avril 1978

    LANGON

    Quand l’Espérance voyage !

    Au cours de la précédente année sportive, l’équipe de footbal de Fosses avait disputé une rencontre amicale à Langon et, en réciproque, le club de cette commune du Val-de-l ’Oise avait invité les Langonnais à son tournoi de Pâques, disputé par quatyre équipes de 11 joueurs avec compétition le samedi et le dimanche.

    De ce déplacement, nos représentants conserveront d’excellents souvenirs.

    Une joie sportive, c’est naturel ; le samedi, pour les éliminatoires, ils avaient battu Fosses 1 à 0 et le dimanche, ils disposaient en finale d’une équipe portugaise par 1 à 0 et s’adjugeaient une superbe coupe.

    Ils ont été frappés par la cordialité de l’accueil des dirigeants et des membres de ce club : hébergement dans les familles et, le dimanche soir, banquet amical suivi d’une sauterie dans une ambiance familiale.

    ETAT-CIVIL

    Publications de mariage. – Guy Daumont, mécanicien d’entretien, à Redon, et Christine Guihaire, mécanicienne en habillement, à La Morinais, en Langon.

FÊTES DES CLASSES 8

Dimanche 9, fête des classes 8 de Langon. A 11 h, messe et dépôt de gerbe au monument aux morts ; à 13 h, à l’hôtel de Port-de-Roche, photo souvenir et banquet amical.

    O.F. 20 avril 1978

    Au conseil municipal de Langon

    Le conseil municipal s'est réuni récemment sous la présidence de Mme Renouard, maire.

    Ordures ménagères. - Le conseil a entériné les conclusions de l'étude présentée lors de la réunion du 27 février relative au ramassage des ordures ménagères sur tout le territoire de la commune par les services du S.I.V.O.M. de Redon.

    M. Billard, deuxième adjoint, auteur de cette étude, a repris contact avec les services intéressés et avec la commission communale pour déterminer les circuits de ramassage et les fréquences.

    Au cours de la présentation, quelques observations au programme prévu sont faites et seront prises en considération. Trois circuits sont ainsi prévus à titre d’essai, le premier entrera en service le vendredi 12 mai et, à la fin d'avril, tous les foyers de Langon devraient avoir reçu la documentation nécessaire.

    A noter qu'il ne s’agit que d’ordures essentiellement ménagères et il est recommandé, à défaut de poubelles réglementaires ou de récipients de manutention facile, de prévoir des sacs en plastique. Quant aux ferrailles, l’enlèvement aura lieu le premier jeudi de chaque trimestre pour l’agglomération (bourg, gare et port de Roche) et sur demande pour les écarts.

    Un arrêté municipal sera pris pour la réglementation du dépôt d'ordures de la Garrelais réservé aux seuls habitants de Langon.

    Dossier Roux. - A la suite de la délibération prise également le 27 février, M. Roux a confirmé ses engagements d'aménagements, à ses frais, du terrain de la Jaunais, et a donné son accord pour l'achat de la parcelle mitoyenne, bien communal ; la commune s'engageant à prendre à sa charge la viabilité du chemin d’exploitation.

    A propos de ce chemin, Mme Renouard propose de demander le concours des Ponts et Chaussées pour déterminer la sortie du chemin présentant le maximum de sécurité, le débouché sur la route de Renac, comme prévu, aboutirait dans un virage.

    Le conseil accepte la vente de la parcelle de terrain. Reste à en déterminer le prix de cession, ce qui ne peut être fait qu'avec l'accord des services fiscaux.

    Route touristique de Port-de-Roche

    Près du Pont de Port-de-Roche, les Ponts et Chaussées désirent réaliser un alignement de la route touristique de la Vilaine. Pour cette réalisation, il est nécessaire d'abattre deux baraques ayant appartenu à M. Gauvin, décédé, ces bâtisses peu esthétiques ayant été d'ailleurs implantées sans permis de construire et avec empiètement sur la voie.

    Une formalité est nécessaire, une enquête d’utilité publique, pour laquelle le conseil dorme son accord, sera entreprise.

    Budget primitif. - Au cours d'une précédente séance, le conseil à l’unanimité avait adopté le budget primitif pour l'exercice 1978. Il s'équilibre en section extraordinaire à 374062 F et en section ordinaire à 901 236 F, soit au total 1 275 299 F, le produit des contributions directes à recouvrer étant de 470 000 F

    Affaires diverses

    Pour la journée nationale « portes ouvertes » des stations vertes, fixée au dimanche 28 mai, Mme Renouard a contacté les maires des communes de Messac et Guipry, autres stations vertes de la région.

    Deux manifestations sont déjà prévues : un rallye automobile, au départ de Rennes, et arrivée à Langon, après passages à Messac et Guipry. Une concentration cyclotouriste au départ de Langon et arrivée l'après-midi à Guipry au cours de la fête locale. Les syndicats d’initiative devraient prévoir une exposition d'intérêt local et les groupements divers devraient organiser des manifestations. Dimanche 28 mai, à Langon, sont déjà annoncés des tournois de football, minimes et cadets.

    Journée de l’élevage. – Pour donner suite à un vœu exprimé au concours du comice agricole du canton, qui s'est tenu è Redon, en septembre dernier, une journée de l'élevage sera organisée sur le plan d'arrondissement à Langon, le samedi 8 juillet, par les soins des groupements agricoles.

    O.F. 27 avril 1978

    Langon

    Le repas des anciens

    Toutes les personnes de 70 ans et plus étaient invitées, avec leur conjoint, à ce repas des anciens offert par le bureau d’aide sociale. Le climat de Langon serait favorable è la longévité si I on en juge d’après le nombre important des convives ayant pris place autour des tables disposées dans le préau couvert des « classes vertes » transformé en salle de banquet.

    Signalons que la semaine dernière cinquante personnes du troisième âge membres de ce groupement, ont bénéficié d'une excursion sur les bords du lac de Guerlédan... Le déjeuner servi dans un restaurant de la région, prolongé par une sauterie pour oublier la grisaille du ciel...

    Au programme de cette journée, était prévue une visite du château de Josselin, ce qui fut apprécié de tous. La semaine prochaine, des membres du club les Ajoncs d'Or répondront encore nombreux à une invitation de visite gratuite à la foire-exposition de Rennes.

    O.F. 27 avril 1978

    Langon

    Des jeunes ont chanté la « Coquaille »

    La « Coquaille », c’est la quête aux œufs qui d’après une tradition déjà très ancienne est faite par les jeunes, dans le pays de Redon, au cours de la dernière nuit du mois d’avril.

    A Langon, cette coutume s’est trouvée respectée par un groupe de jeunes gens moins nombreux à l’arrivée qu’au départ en raison de défections au fil des heures. Ces jeunes ont donc frappé à de nombreuses portes en chantant : « A la sortie du vilain mois d’avril, à la rentrée du joli mois de mai ».C’est le refrain d’une chanson qui comporte une douzaine de couplets.

    « La maîtresse de maison, allez à la poulaille

    Rapportez-nous les œufs et laissez-y la paille

    Rapportez-nous la douzaine et demie

    Et laissez-y les maudits œufs pourris »…

    L’adresse de remerciements est prévue ; quant aux récalcitrants qui ont refusé d’ouvrir leurs portes pour donner œufs ou pièces de monnaie, la chanson prévoit également un texte dont nous vous ferons grâce en raison des termes un peu gaulois. Cela se dit mais ne s’écrie pas*

    *P.S. Si vous voulez connaître tous les couplets – y compris celui destiné aux récalcitrants, ainsi qu’un aperçu de la mélodie (voir « MP3 ») - cliquez ici.

    REDON. - Ce sont des ouvriers du chantier du tunnel de Corbinières, a peu de distance de la gare de Fougeray-Langon, qui ont découvert, hier, vers 17 h 30, le corps sans vie d’une fillette de 11 ans et demi, Brigitte Coué, projetée sur le ballast après avois sauté du train lancé à 120 km/h, train qu’elle avait pris par erreur.

    La petite Brigitte, placée par l'Assistance Publique au bourg de Langon, chez Mme veuve Tual qui la considérait comme sa fille, devait se rendre hier après-midi, au centre médico-psycho-pédagogique de Bel-Air à Redon. En début d’après-midi, accompagnée, Brigitte avait pris à Langon I ’autorail pour Redon. Elle devait revenir le soir, par l'autorail omnibus qui quitte Redon à 18 h, et dans lequel elle aurait dû normalement retrouver des camarades. Mais Brigitte, en avance sur I’ horaire, est montée dans l'autorail express qui quitte Redon à 17 h et ne s’arrête pas à Langon.

    Voyant passer la gare ou elle devait descendre, la fillette, prise de panique, a ouvert la portière du wagon où elle se trouvait sans qu'aucun des passagers ait pu faire le moindre geste. Le train roulait à 120 km/h, après un bond d’une quinzaine de mètres, Brigitte était projetée sur le ballast, à la sortie de la gare de Fougeray-Langon.

    C’est à la gare de Messac, située à peu de distance, que les passagers ont prévenu les agents de la SNCF, qui ont aussitôt déclenché I’ alerte. Malheureusement, lorsque les ouvriers du chantier de Corbinières arrivaient sur les lieux, il n'y avait plus rien à faire.

Après l’accident en gare de Langon.

Dès qu’elle s'était répandue, la nouvelle de cet accident dont a été victime, lundi, en fin d'après-midi, Brigitte Coué, en gare de Langon, avait causé une émotion bien compréhensible. Ce fut l'abbé Rocher, recteur de Langon, de passage sur les lieux quelques instants après l'accident, qui contribua è identifier l’enfant, et eut la douloureuse mission de prévenir Mme Tuai qui, depuis environ 6 ans, avait cet enfant en garde et la considérait comme un des siens.

A noter que Brigitte Coué devait célébrer sa communion solennelle, dimanche prochain, en l’église de Langon, où la cérémonie d'obsèques aura lieu aujourd'hui mercredi, à 15 h, et sera suivie de l'inhumation au cimetière communal.

    O.F. 25 mai 1978

    « Les petits rats » de Langon

    Au cours de son assemblée générale tenue en mars, l’Association Culturelle « Les Menhirs » avait donné son accord pour l'ouverture d’un cours de danse après les fêtes de Pâques.

    Cette ouverture s’est faite peut-être très discrètement mais cependant avec les meilleures assurances pour l’avenir. Chaque lundi, de 17 h à 19 h, Mlle Flore Quibeuf, de Plessé, professeur de danse classique, donne deux cours à la salle des Menhirs, l'un pour les petits garçons, l'autre pour les fillettes de 5 à 12 ans soit au total près d'une trentaine d'enfants.

    Les exercices d'assouplissement, dont le travail à la barre, forment évidemment la base du cours, et déjà ces « petits rats » sont venus aux exercices rythmiques en suivant les gestes de leur professeur avec application. Mais il semble que la danse moderne, notamment la danse syncopée, soit appréciée autant que la danse classique.

    Mlle Flore Quibeuf est très satisfaite des progrès de ses élèves et compte bien les présenter en public au cours d'un spectacle à la fin de l'année, une production qui sera certes suivie avec l’audience qu'elle mérite.

    De l’ambiance au rallye des « Menhirs »

    L’on comptait quinze équipages, soit une cinquantaine de participants à ce rallye organisé par l'Association Culturelle « Les Menhirs » sur un circuit comprenant non seulement Langon et les communes limitrophes, mais aussi Messac et Guipry, avec des jeux sportifs en fin de matinée près de la Croix Saint-Michel. Comme il est d’usage, plusieurs questions présentaient de sérieuses difficultés. Ainsi fallait-il trouver le lieu d’inhumation de Mme Abel Laprade, née Amélie de Bourbon, de sang royal (cimetière de Messac), le promoteur de la culture de la pomme de terre dans la région, la hauteur de la tour de relai à La Houssais

    A la fin d’une journée mouvementée, les participants se retrouvaient pour un dîner amical au restaurant « Les Treize Clochers » où les jeunes continuèrent à créer l'ambiance. Le palmarès fut donné, la palme étant attribuée à l'équipage Hervé Giffard fils (Langon), suivi des équipages Billette (Langon), Julaud (Brain), Dr Sauvage (Beslé), Patrice Laurent (Langon) etc...

    O.F. 26 mai 1978

    Club « Les Ajoncs d’Or » :

    Assemblée Générale

    La semaine dernière, au cours de la réunion hebdomadaire, les membres du club du troisième âge les Ajoncs d’Or, ont tenu leur assemblée générale annuelle, la première en date.

    Le rapport moral accusait un nombre de 79 adhérents et le souvenir de deux membres décédés au cours de l’année, Mmes Duval et Guiheux, fut rappelé.

    Au cours de sa première année d’existence, déjà de nombreuses réalisations sont à porter à l’actif de ce sympathique club : deux expositions de travaux, deux promenades (l’une en septembre avec l’aide du syndicat d’initiative, l’autre en avril dernier). Il y eut aussi la galette des rois en janvier. Parmi les projets l’on note la préparation d’une exposition pour le mois d’août.


    Après le rapport financier, ce fut l’heure des élections. Furent nommé au conseil d’administration : Mme Paul Guérin, M. Joseph Macé, Mmes Hespel, Blanchard, Le Blanche. Le bureau est ainsi constitué : présidente, Mme Jean Ricordel ; vice-présidents : Mme Leblanc et M. André Quily (élu en remplacement de M. Paul qui a quitté Langon) ; secrétaire, Mme Delanoë ; secrétaire adjoint, M. Nevou ; trésorière, Mme de Baetes ; trésorie adjoint : M. Tual.

    La réunion d’amitié se tient le jeudi à la grande salle de la mairie et cette semaine seront fêtés les adhérents dont les anniversaires se situent au cours des mois de mars, avril, mai.

    O.F. 9 juin 1978

    LANGON

    Un agréable après-midi sportif.

    Sur les terrains de sport de La Lande, les sections de l’Espérance de Langon-Beslé clôturaient, dimanche, leur saison, au cours de compétitions qui donnèrent à une assistance sympathique l'occasion de passer un agréable après-midi.

    Le tournoi corporatif groupait dix équipes, réparties en deux groupes. Pour la finale, l'équipe des travailleurs émigrés de Langon l'emportait par 1 à 0, sur Châteaubriant. Une coupe fut remise à chaque équipe et Châteaubriant offrit une médaille à chaque joueur de l'équipe adverse.

    Les vétérans-croulants de Langon et Beslé furent opposés, balle au pied, aux volleyeuses. Ces messieurs furent très fairplay et pratiquèrent en «  bons pères de famille ». Ce fut très amusant. Par contre. Je lendemain, revers de la médaille, les jambes étaient lourdes.

    Les volleyeuses clôturaient également leur saison, au cours d'un tournoi rassemblant cinq équipes. La coupe fut adjugée à l'équipe 1 de Langon, devant Renac, Langon 2 St-Senoux et St-Malo-de-Phily.

    O.F. 20 juin 1978

    LANGON

    Mme Guet première présidente de

    l’Union LangonnaiseCommerciale Artisanale

    L'idée de création d’une association de commerçants et artisans, qui avait été avancée à plusieurs reprises, s'est trouvée concrétisée jeudi dernier.

    Une vingtaine de personnes avaient répondu à l'invitation faite par MM. J. Debray et V. Rouaud. Celui-ci les remercia et évoqua les sondages d’opinions qui avaient provoqué cette réunion.

    M. J.-P. Thébault soumettait ensuite quatre propositions pouvant servir de base à l’élaboration des statuts :

    - Animation de la commune par des manifestations telles que braderie, fêtes commerciales.

    - Défense des intérêts particuliers, le bureau pouvant être un agent de liaison avec les organismes administratifs ou professionnels.

    - Représentation au plan d’occupation des sols pour y faire entendre la voix du commerce et de l'artisanat avant que des décisions définitives ne soient prises.

     - Organisation de réunions amicales afin de permettre aux uns et aux autres de mieux se connaître.

    Les personnes présentes furent invitées è présenter leurs suggestions, et à l’unanimité, fut décidé la création d'une Association de Commerçants et Artisants. A bulletins secrets, un comité de neuf membres fut élu, et de suite, fut décidée, l'organisation d'une braderie les 13. 14 et 15 juillet, ouverte aux commerçants sédentaires et non sédentaires, avec fête foraine.

    L'ordre du jour étant épuisé, les neuf élus se retirèrent à huis clos pour former le bureau qui se trouve ainsi composé :

    Présidente : Mme Guet ; vice-président : M. Victor Rouaud ; secrétaire : M. Adolphe Roux : secrétaire-adjoint : M Jean-Paul Thébault ; trésorier : M. Jean Février ; trésorier-adjoint : M. Dupont. Membres : Mme Moquet, MM. Geffray et Frin.

    Tous et toutes se retrouvaient ensuite autour du pot de l'amitié pour saluer l'avènement de cette association qui, sur proposition de la présidente, portera le nom d'U.L.C.A. (Union Langonnaise Commerciale Artisanale) à laquelle nous souhaitons longue vie et prospérité.

    O.F. 21 juin 1978

    LANGON

    Jeux inter-clochers Langon-St-Just

    Le comité des fêtes de Saint-Just présidé par M. Quérard ayant répondu favorablement à l’invitation de l’association des Menhirs de Langon, les jeux inter-clochers opposant les formations de ces deux communes ont donné lieu dimanche après-midi à des joutes disputées avec ardeur et courtoisie en présence d’une assistance sachant encourager et applaudir les efforts des jeunes et des moins jeunes.

    La lutte parfois sévère donna lieu à des suspenses et la tâche des juges, MM. Gérard Hervé et Lucien Debray pour St-Just, Paul Harel et Pierre Moquet pour Langon ne fut pas toujours facile. Ils durent même annuler une manche d tir-à-la-corde, dernière épreuve. Le score était alors de 45 pts à 35 pts. Les hommes forts de Langon surent faire tourner la décision en leur faveur et ainsi l’équipe locale l’emportait par 55 pts conte 35 pts, 4 visctoires contre deux et trois rencontres se terminèrent sur un score nul.

    Au début de septembre, St-Just recevra Langon et compte bien rester maître chez lui. D’ici là, l’association des Menhirs vous invite au fest-noz et au feu de la St-Jean le samedi 24, sur la lande de Langon.

    O.F. 23 juin 1978

    LANGON

    MAISONS FLEURIES

    La semaine dernière, notre commune a été mise à l'honneur à Rennes à l'occasion de la lecture du palmarès et de la remise des prix du concours départemental des maisons fleuries dans la catégorie des maisons avec balcons, le troisième prix a été décerné â Mme Henri Leblanc.

    Sur le plan arrondissement, Mme Leblanc avait obtenu un premier prix. La lauréate n’ayant pu se déplacer â Rennes, M. Lelièvre, conseiller général est venu à domicile lui remettre le diplôme accompagné d'un cyclamen et d'un prix en espèces.

    O.F. 30 juin 1978

Lire

    O.F. 5 juillet 1978

    LANGON

    Assistance sympathique à la Louzais

    Dimanche, dans une prairie de la Louzais, l'Amicale Laïque de Langon reçut la visite de nombreux amis et sympathisants pour sa kermesse annuelle. Les bords de la Vilaine et la voie romaine (insuffisamment signalée) constituaient un cadre agréable. Plusieurs jeux, dont certains inédits, un stand des travaux de bois de M. Maignan, retinrent les visiteurs.

    En fin d’après-midi, le palmarès du concours « Connaissez-vous bien votre commune ?» fut publié. M. Yvan Meilleraye s'est avéré le meilleur spécialiste en la matière, ayant su répondre correctement aux quinze questions, dont plusieurs se rapportant è la chapelle Sainte-Agathe. L’appareil photo qui lui fut remis lui permettra de fixer ces monuments et pierres dont il fallait trouver les légendes.

    L’A.C.C.A. a été constituée… malgré une vive opposition

    « Dans toutes les communes, les créations de l’A.C.C.A. suscitent des pressions mais toute discussion correcte est toujours possible », déclarait M. Michel Macé à la fin de la réunion qu'il avait provoquée en tant que président de l'Entente des Chasseurs pour la création d'une A.C.C.A.

    De la phrase précitée, la première partie s'est trouvée confirmée ; pour la seconde partie, il serait difficile d’en dire autant. Il convient de préciser qu’à Langon existaient deux sociétés : celle du Bas-Langon (l’Entente) et celle du haut. Cette dernière contestait la création d'une A.C.CA. Cette contestation s’est malheureusement affirmée en termes très vifs.

    M. Michel Macé, après avoir ouvert la séance, avait passé le parole è M. Vallée, de Bruc-sur-Aff. En tant que délégué de la préfecture, celui-ci avait dirigé l'enquête pour enregistrer notamment les oppositions de propriétaires de terrains de plus de 20 ha.

    Malgré l'obstruction, il donnait lecture des statuts de l'A.C.C.A. et demandait de passer au vote pour l’élection du conseil d'administration ; l’opposition ne présentant évidemment aucun candidat à ce scrutin auquel participèrent 43 votants.

    Le résultat ayant été proclamé, M. Macé proposait la règlementation propre à la section de Langon, ce qui fut fait dans le calme, les esprits s’étant apaisés.

    Seuls les élus restaient pour l’élection du bureau. A la sortie, l’un des contestataires affirmait : « nous aurions accepté la fusion des deux sociétés, mais nous sommes opposés è l'A.C.C.A. ».

    Entre temps, le conseil avait ainsi formé son bureau : président, M. Michel Macé ; vice-président, M. Alexandre Dandé ; secrétaire, M. Marcel Lehurt ; trésorier, M. Victor Rouaud ; membres, MM. Jean Guérin, Eugène Guiheux, Henri Perrigué, Eugène Retière.

O.F. 11 juillet 1978

LANGON

Succès de la cinquième journée de l’élevage

« Je souhaite que cette manifestation ait permis aux éleveurs et aux nombreux visiteurs de se faire une idée du développement possible de notre région », déclara M G Raffegeau, qui, avec son équipe, avait organisé à Langon la cinquième journée de l'élevage de l'arrondissement de Redon.

Au cours de l'après-midi. Mme Y. Renouard, maire de Langon et M. Raffegeau eurent le plaisir d'accueillir plusieurs personnalités dont : M Ehram, sous-préfet de Redon : MM De la Forest, sénateur d'Ille-et-Vilaine ; Lelièvre, conseiller général de Maure de Bretagne ; Daunay, président de la Chambre d'agriculture ; Dosbalt, des services de la D D A ; Trocherie de la direction des services vétérinaires ; Melle, président de la E.D.E. ; plusieurs maires de l’arrondissement : l’adjudant-chef Georget, adjoint au capitaine Begoc, commandant la compagnie de gendarmerie de Redon.

La fin de l'après-midi a été marqué par la lecture du palmarès et la remise des coupes et médailles.

Mme Renouard, félicita les organisateurs et lauréats et exposa les progrès de l’agriculture grâce à la modernisation et au concours des conseillers agricoles.

Lire la suite

 

Toute une histoire : Lire

    O.F. 15 juillet 1978

    LANGON

    Première journée commerciale

    Hier, vendredi, a débuté la série des trois journées commerciales.

    A la fin de l’après-midi, sous la présidence de Mme Yvonne Renouard, maire de la commune, a eu lieu le tirage au sort des coupons déposés dans l’urne dont voici les gagnants : Guibert, Pointais, Ste-Anne-sur-Vilaine ; Martine Bégouin, la Gare, Langon ; Jean-Pierre Guiheux, la Favrais, Langon ; Pascal Chérel, Rennes ; Chantebel, Ste-Marie-de-Redon ; Stéphane Lemoal, la Louzais, Langon.

    Tirages aujourd’hui et dimanche, à 20 h.

    Dimanche après-midi, une animation sera assurée par un groupe breton.

    LANGON

    Première journée commerciale : un agréable succès.

    Le dernier weekend a été fort animé à Langon. Jeudi, le bal et le feu d’artifice ont connu un record d’affluence, tans des Langonnais que des communes voisines. Et vendredi matin, débutaient les premières Journées commerciales organisées par la jeune U.C.L.A.

    Elles ont remporté un succès inespéré même des promoteurs. Un grand nombre de visiteurs en particulier vendredi et les tirages au sort effectués le soir de chaque journée, regroupèrent des curieux fort intéressés.

    Le samedi soir, Casimir avait rendu visite aux enfants en stage aux classes vertes pour une session musicale ; ces enfants le raccompagnèrent en « fanfare » au parking des Menhirs pour le tirage. Les sonneurs de Langon s’étaient fait entendre le samedi, des clowns de Redon amusèrent petits et grands le dimanche après-midi.

    Le dimanche soir, la place de l’Eglise connaissait une belle animation pour les derniers tirages qui firent beaucoup d’heureux.

    O.F. 22 juillet 1978

    LANGON

    KERMESSE PAROISSIALE

    Dimanche 23, sue la lande, dans les pins. Au programme : à 11 h, messe sur le terrain ; à 12 h, apéritif concert ; à 12 h 30, restaurant campagnard (réservations au S.I., à la boulangerie et chez M. Février). 14 h, fête champêtre, stands et jeux.

    O.F. 25 juillet 1978

    A LANGON, les classes vertes de la musique

    REDON. — La Fédération des centres musicaux ruraux de France se propose « de donner une formation et d’assurer un enseignement qui aboutissent à un éveil artistique, à une sensibilisation et à une culture musicale de qualité, au service de l’Art, de l’Homme et de la Société ».

    C’est dans le cadre de cet objectif que le F.C.M.R. organise depuis la guerre, chaque été, des « colonies musicales » à l’intention des jeunes de la France entière qui souhaitent jumeler activités d'éveil et de loisirs, propres aux colonies de vacances traditionnelles, à un apprentissage de la musique.

    Pour la première fois depuis sa création, la F.C.M R. a décidé d'ouvrir cet été une colonie musicale à Langon (Ille-et-Vilaine). Une soixantaine d’enfants, venus de toute la France, passent ainsi un séjour de près d'un mois et bénéficient de l’encadrement de moniteurs, une douzaine en tout qui ont fait la preuve de leurs compétences, tant en ce qui concerne l’animation traditionnelle, qu'en ce qui concerne l'enseignement de la musique. Tous les animateurs en effet, de la directrice à l'infirmière, jouent d'un instrument et animent, durant les matinées, les ateliers musicaux ouverts dans les locaux des classes vertes, et même sous les arbres du parc.

    Les enfants consacrent le reste de leurs journées à la découverte de la région et l’accueil particulièrement chaleureux de la population a grandement facilité cette approche, d’autant que, pour la plupart, les jeunes colons sont des citadins.

    Pour remercier la population de cet accueil, et pour justifier en quelque sorte de leur travail durant ce mois de « vacances studieuses », les jeunes colons et les moniteurs vont donner mercredi soir, 26 juillet, un concert en l'église de Langon. La population des environs a promis de venir les encourager.

    O.F. 25 juillet 1978

    A la mairie de Langon, deux expositions

    Dans les locaux de la nouvelle mairie, deux expositions sont offertes aux visiteurs.

    Le pays autrefois. - A l'occasion de la Journée nationale des stations vertes, le Syndicat d'initiative avait réalisé une exposition sur le thème « Le pays autrefois ». Ainsi, grâce à la compréhension d'habitants de Langon, s'est trouvée présentée (et même augmentée depuis) une rétrospective d'objets anciens jadis utilisés pour le ménage, la cuisine, la laiterie (baratte à main, fers à repasser, moulins à café, paniers, écuelles, grandes cafetière, pots de grès, etc.) et, à côté, un paquet de lin récolté jadis à Langon. Dans une vitrine, c’est une rétrospective des toilettes d'autrefois, châles, robes, coiffes Une exposition qui intéressera les amateurs d'histoire locale et de folklore.

    Au Club du troisième Age. - Dans la grande salle de la mairie divers articles sont exposés dans une armoire vitrée, travaux réalisés par ces dames du Club du troisième âge. Une vente est prévue les 12 et 13 août, mais, déjà, il est possible de faire son choix.

    La kermesse paroissiale

    Il faisait bon, dimanche, sous les pins sur la lande de Langon, où se tenait la kermesse paroissiale.

    Cette manifestation avait débuté par une messe célébrée sur le terrain. L'après-midi, Langonnais et visiteurs, venus des communes voisines, eurent l’occasion de se restaurer, de se divertir et de profiter de bonnes occasions. Ils eurent aussi le plaisir d'entendre à nouveau le jeune accordéoniste Jean-François Gicquel et d'applaudir des enfants (souvent fort intimidés) montés sur le podium pour un tour de chants.

    O.F. 5 août 1978

     

    LANGON

    Les hôtes des gîtes ruraux ont partagé le Kouign Amann

    Chaque semaine, les hôtesses du Syndicat d’initiative s’ingénient, avec le concours des intéressés, à créer une animation pour les hôtes des gîtes ruraux (fréquentation satisfaisante en juillet et pour août les prévisions sont bonnes).

    Cette semaine, avait été retenu le thème d'une rencontre d'amitié, idée excellente en ce début du mois.

    Jeudi, après dîner, les uns et les autres avaient apporté chaises et tables sur l’un des terre-pleins bordant les pavillons. Une longue tablée se trouva ainsi dressée autour de laquelle prirent place une cinquantaine de personnes ayant répondu à l'invitation.

    Ainsi l’on trouvait côte à côte des familles des régions les plus variées : de Normandie, des Ardennes, des Vosges, de la région parisienne ainsi que de Bruxelles et même une famille anglaise de Nottingham… Cette famille d’Outre-Manche en est à son second séjour en France : sur un guide, elle avait découvert la Bretagne et Langon et pendant quinze jours, parents et enfants sillonnent notre région à bicyclette.

    Les Belges sont une clientèle régulière pour les gîtes, la réclame se fait de bouche à oreille...


    Ces familles qui sont appelées à se rencontrer au cours de leur séjour eurent donc ainsi l’occasion de faire connaissance au cours de cette réunion ; agrémentée d'un dessert prévu par les hôtesses du S.I. assurant elles-mêmes le service ; l'on se partagea ainsi le « Kouign Amann » arrosé de champagne breton, brut ou doux, que tous apprécièrent..

    O.F. 16 août 1978

    LANGON

    Près d’un millier de personnes au théâtre de la Rivière

    Jeudi, les enfants de la colonie de vacances musicales et les hôtes des gîtes ruraux s’étaient joints aux Langonnais et habitants des communes voisines pour applaudir au spectacle donné par le théâtre de la Rivière.

    La mise en scène était particulièrement soignée, et d’entrée le public était conquis par l’apparition de la barque illuminée.

    Le spectacle se déroulait ensuite sur le pont de la péniche utilisée comme scène avec cascadeurs, musiciens, danseurs, fil-de-féristes évoluant tels les bateleurs de jadis sur les places publiques.

    Le château situé sur l’autre rive et les frondaisons des arbres constituaient une toile de fond dont les détails ressortirent avec le feu d’artifice qui clôtura ce divertissement sur l’eau.

    NOCES D’OR de M. et Mme Joseph MACE

    Le 17 avril 1928, M. Frédéric du Halgouët, adjoint, et l’abbé Gautier, recteur, avaient reçu le consentement mutuel de M. Joseph Macé et de Mlle Joséphine Provost… mais ce n’est que samedi 12 août 1978, afin de pouvoir réunir les membres de leur famille, que s’est déroulée la cérémonie des noces d’or.

    A ma mairie, Mme Y. Renouard, maire, après lecture de l’acte de mariage, présenta ses compliments et vœux aux jubilaires.

    A l’église paroissiale – où M. Joseph Macé, depuis six ans, exerce les fonctions de sacristain – les membres de la famille et des amis s’associèrent à la messe d’actions de grâces, célébrée par l’abbé Rocher, recteur.

    O.F. 18 août 1978

    LANGON

    Un tournoi de tennis très disputé à Langon

    Au cours du long weekend du 15 août, l’Espérance organisait un tournoi de tennis qui a réuni des joueurs de Rennes, Chaumont, Aubervilliers, Châteaubriant, Guémené-Penfao et Langon. Faute d’engagées, l’épreuve prévue pour simple dames fut remplacée par un double messieurs.

    Simple messieurs : Finale, M. Macé bat Seité. / Double messieurs : Finale, M. Macé-Durand battent Billard-Billard.

    A l’issue des épreuves, les coupes furent remises aux vainqueurs par M. Jean Février, vice-président de l’Espérance.

    Au cours du pot d’amitié servi dans une salle des classes vertes, M. A. Billard, adjoint et responsable de cette section de tennis, excusa Mme Renouard, maire, remercia les participants et tira les conclusions de ce premier tournoi organisé par l’Espérance. Il fit ressortir que cette section, créée il y a deux mois, compte 36 adhérents, le but des dirigeants étant de faire du tennis un sport démocratique à la portée de toutes les bourses et des efforts seront faits pour améliorer les installations et conseiller les débutants.

    Des cadeaux furent offerts aux finalistes et Laurent Cohen, le benjamin qui avait opposé une belle résistance au doyen, reçut un souvenir au nom du Syndicat d’inititive.

    O.F. 25 août 1978

    LANGON

    Dimanche, salle des Menhirs concert vocal et instrumental

    Mardi 29. ce sera le départ des enfants ayant séjourné à la Roche- Guillaume (classes vertes) dans le cadre des colonies de vacances de la Fédération des Centres Musicaux Ruraux de France.

    Avant leur départ, moniteurs et enfants donneront une audition le dimanche 27, à 20 h 30, à la salle des Menhirs au bourg de Langon A la fin de juillet, une très belle assistance avait applaudi les enfants de la première session à l’église paroissiale. La salle des Menhirs sa prête mieux au programme préparé sous la direction de Mlle Bacquias, professeur d'enseignement musical au lycée de Strasbourg et choriste à l'Opéra du Rhin. La première partie sera consacrée à une féérie musicale ayant pour titre « Cendrillonne » avec musique, chants, danses, thème scénique. En seconde partie, le concert vocal et instrumental sera assuré par la présentation des « ateliers musicaux » ; les petits (chants), group es de flûtistes, pianistes, mim- orchestre instrumental.

    Ce concert spectacle se terminera sur une production de la chorale (enfants et moniteurs) interprétant une cantate « La complainte du Maitre d'école » avec accompagnement par un petit orchestre.

    L'entrée de la salle sera gratuite et les auditeurs auront à cœur de se procurer le programme artistique, souvenir de cette soirée

    O.F. 4 octobre 1978

    Au conseil municipal de Langon

    Travaux, finances, affaires culturelles

    Au cours de sa dernière séance, le conseil a été appelé à délibérer sur les questions suivantes.

    Travaux

    Abris scolaires. – A la suite d’une proposition de subventions, un programme de 18 abris scolaires avait été dressé. Mais devant la complexité des formalités administratives qui en retarderait la réalisation, le conseil préfère n’utiliser que le crédit inscrit au budget et ne construire que les abris les plus urgents.

    A l’église paroissiale. – Le conseil vote un crédit pour quelques travaux urgents à la toiture.

    D’autre part, l’église de Langon dont une partie est classée a été retenue au programme départemental de la Charte culturelle pour travaux de restauration. Avec le concours du représentant des Monuments historiques, un ordre de priorité a été ainsi établi ; sacristie, chapelle St Jean, bas-côtés et nef. Le montant des travaux serait de 12 000 000 F.

    Le conseil, tenant compte de la proposition d’une subvention de 40 p. cent et de la nécessité de ces travaux à effectuer à brève ou longue échéance, donne son accord, Mme Renouard faisant les démarches pour l’obtention d’un emprunt à long terme.

    Au cimetière. – Le champ de repos communal doit être agrandi, ce qui nécessite des travaux de nivellement et de constructions de murs dans la châtaigneraie le jouxtant. Le conseil accepte le devis établi par l’entreprise Lehurt de Langon.

    Centre infirmières de Pipriac. – Une subvention de 1 500 F est accordée au centre d’infirmière de Pipriac dont dépend Langon et en raison de l’importance de son rôle social.



    Centres musicaux ruraux

    M. Riou responsable de l’association pour le développement musical d’Ille-et-Vilaine, a proposé des présentations d’instruments dans les écoles publiques et privées en trois séances par an. Il ne s’agit pas de cours mais de présentation d’instruments par des moniteurs spécialisés, afin de sensibiliser les enfants et les attirer vers l’art musical.

    Une participation financière de la commune de l’ordre de 51 F par vacation, soit 306 F pour l’année est demandée, cette association se proposant de donner un concert gratuit dans une salle de Langon. A titre d’essai le conseil donne son accord.

    La société des Eté Roux de Langon (meubles de cuisine) a pris le contrôle, depuis le 1er octobre, de la Sté des Ets Fouché de Vezin-le-Coquet.

    Les Ets Roux, fondés per un artisan en 1954, emploient, actuellement, 96 personnes à Langon, et 15 dans leurs trois magasins de vente, ouverts à Paris. Spécialisés dans les meubles de cuisine, à prix moyens, ils ont multiplié par cinq, depuis quelques années, leur chiffre d'affaires qui atteint les deux milliards de centimes.

    Les Ets Fouché (30 personnes) fabriquent également des meubles de cuisine, mais à prix plus élevés (haut de gamme).

    L'opération faite par la société Roux lui permettra de présenter au prochain salon du meuble un ensemble de produits s'inscrivant dans une gamme complète de prix.

    O.F. 17 novembre 1978

    Remise de décorations à Langon

    Lors des cérémonies de l'armistice plusieurs décorations ont été remises : à M. Louis Guérin, ancien combattant de 14-18, revenait ensuite l'honneur de remettre ces décorations : la croix du combattant à MM. Albert Marchand, Auguste Gauvin, Michel Gauvin, Pierre Geffray. François Blanchard, André Bertin, Victor Periot, Auguste Heuzé ; la médaille commémorative d'Algérie et Maroc fut remise à MM. Auguste Heuzé et Eugène Berger.

    Langon compte encore cinq combattants de 14-18, MM. Louis Guérin, Jean Ricordel, Ange Meilleraye, Marcel Bouchard, Alphonse Robert.

     

    O.F. 28 novembre 1978

    La journée des parents aux « Clases vertes » de Langon

    A Langon, les élèves de CM1 des écoles de Villejean et de Laënnec étaient heureux après quinze jours de séparation de revoir leurs parents accompagnés des frères er sœurs et même grands-parents, lors de la journée « parents ».

    Suivant le programme classique, les familles arrivées le matin avaient toute latitude pour emmener leurs enfants déjeuner à l’extérieur.

    Au cours de l’après-midi, c’était le retour à la Roche-Guillaume. Dans la grande salle de jeux, trop étroite pour la circonstance, un spectacle était présenté par les enfants sous la direction de M. Guy Theude, responsable des « Classes vertes ».

    Ensuite, un buffet campagnard était servi au réfectoire, le personnel enseignant assurant le service, ce qui permit aux un et aux autres d’apprécier des produits du pays : du pain de ménage fabriqué au four de Bodiguel, du fromage de chèvre provenant d’un élevage du Bot, le tout arrosé du cidre de Villeneuve, etc.

    Les familles surent apprécier la qualité de l’accueil et aussi les aménagements dont profitent les habitués de ces Classes vertes et eurent l’occasion de contacts direct avec les enseignants.

    Samedi, ce sera le retour à Rennes et en famille ; les enfants auront bien des souvenirs à évoquer après ces trois semaines de séjour « vert » à Langon.


1979

    O.F. 3 janvier 1979

Lire

    O.F. 15 janvier 1979

    28 bovins périssent dans un incendie à Langon

    LANGON. -  Dans la nuit de samedi à dimanche, un incendie dans une étable, située à 60 mètres des bâtiments d’habitation, dans la ferme de M. Henri Provost, 35 ans, au village de Bernuit, à Langon, a détruit 550 m3 de fourrage, un tracteur et un cheptel de 28 bovins, dont 18 vaches laitières et des génisses.

    Vingt-six animaux ont péri dans l’incendie, une vache et un taureau grièvement brûlés ont été transportés dans la journée de dimanche, à l’abattoir de Blain.

    Il était 23 h 30, quand M. Jules Provost, 73 ans, père de M. Henri Provost, qui habite une maison mitoyenne de celle de


    son fils, entend des beuglements. Regardant par la fenêtre, il voit une clarté qui lui paraît suspecte. Il va réveiller son fils et s’aperçoit que le feu a pris dans l’étable, un bâtiment de 21 m sur 14.50 m.

    Très rapidement sur les lieux, les pompiers du Grand-Fougeray et de Pipriac s’attaquent au feu, mais ce n’est qu’à 5 h 30 du matin qu’ils seront maîtres du sinistre.

    Les causes n’ont pas encore pu être déterminées.

    O.F. 18 janvier 1979

    L’incendie de Langon : Un suspect incarcéré.

    Dans la nuit de samedi à dimanche, un incendie détruisait une étable dans laquelle se trouvaient 28 bovins et 550 m3 de foin, dans la commune de Langon. Un certain nombre de témoignages laissaient penser que ce sinistre avait une origine criminelle.

    Des dénonciations permettaient à la gendarmerie de Redon d’arrêter un suspect. Gardé à vue pendant 48 heures, il a été présenté mercredi au Parquet qui l’a placé sous mandat de dépôt.

    Cette personne, qui nie absolument être l’auteur de l’incendie, a été incarcéré à la Maison d’arrêt de Rennes.

    O.F. 28 février 1979

    A Langon, session de « perfectionnement d’animation » sous l’égide de la F.C.V.F.

    Les locaux des « classes vertes » à la Roche-Guillaume en Langon, ont accueilli pour les vacances de février, une session organisée par la délégation de Rennes de la Fédération des Centres de Vacances Familiaux et dirigée par une équipe d’instructeurs nationaux.

    « Perfectionnement d’animation » tel était le thème de cette session. Après les stages théoriques et pratiques, c’était le dernier stade pour l’obtention du brevet d’aptitude aux fonctions d’animateurs de Centre de Vacances, ou Centre de Loisirs.

    Une vingtaine d’animatrices ont été ainsi les hôtes de la Roche-Guillaume, dont une dizaine de Malouines chargées d’animer les garderies récemment créées par la municipalité de leur ville. Après une journée de réflexion, elles abordaient le programme défini par les buts de la fédération : « être apte à saisir l’événement pour l’exploiter avec l’enfant ».

    Être en situation permanente « de disponibilité d’esprit, d’invention, de création, d’expression ».

    Elles ont donc parties à la découverte, faisant des enquêtes sur la commune de Langon, pour étudier les genres de vie, le commerce, l’artisanat, les distractions, l’histoire locale et en faire transposition et intégration suivant les circonstances.

    Elles ont aussi développé leurs notions sur les techniques de la voix, du son, du théâtre d‘ombres, sans oublier les chants et les danses et les masques.

    O.F. 6 mars 1979

    Création d’un club de foot à Beslé

    Vendredi soir, salle de la mairie, une quarantaine de personnes ont assisté à la réunion provoquée pour la création d'un club de football à Beslé. Jusqu'à présent les footballeurs locaux pratiquaient au sein de l’Espérance Beslé-Langon.

    Le club, dont la dénomination sera connue ultérieurement, engagera une équipe seniors en championnat de district Loire-Atlantique. Elle évoluerait en promotion de 1re série. Eventuellement, selon les effectifs, une équipe minimes pourrait être constituée également.

    Au cours de la réunion de vendredi, M. Marcel David a été porté à la présidence du club. Il sera assisté de : président d’honneur, M. Joseph Pecot ; vice-président, M. Jean Esnaud ; secrétaire, M. F. Leparoux ; secrétaire adjoint, M. A. Gayet ; trésorier, M. G. Touron ; trésorier adjoint, M. J. Lucas ; membres. MM. E. Lucas, A. Touron, Y. Bellaud, I. Geraud, M. Ollivier. M. Lucas, F. Jaunasse, G. Geraud et L. Debray.

    O.F. 14 mars 1979

    Dimanche prochain, cérémonies du Pardon à la Chapelle St-Joseph

    Dimanche la chapelle St-Joseph et le terre-plein qui l'entoure retrouveront l'animation annuelle à l'occasion du pardon traditionnel. En ce lieudit « Le Chêne mort », sur la route de Renac bien avant la Révolution de 1789, un oratoire avait été érigé par un seigneur de la Gougeonnais. Par ce geste il aurait voulu calmer le mécontentement des habitants du secteur à son égard : une nuit n’avait-il pas fait enlever par ses serviteurs une statue de saint Joseph exposée à la vénération des fidèles dans le creux d’un chêne pour la placer dans son château ?

    Pendant la Révolution des prêtres réfractaires vinrent dans cet oratoire célébrer la messe. Déjà, en 1869 des travaux de remise en état avaient été effectués. Mais c'est en 1929 sur l'initiative de l’abbé Gautier, recteur de Langon, que fut réalisée une restauration complète - relire, Bulletin Paroissial mars 1971 - et le 7 juillet de la même année une grandiose cérémonie marqua la réouverture de la chapelle. La procession des Rogations y faisait station mais c’était le pardon de saint Joseph qui attirait le plus de visiteurs, un pardon au double caractère, populaire et religieux.

    Les anciens se souviennent de cette foire qui occupait tout le terre-plein avec camelots et articles de toutes sortes ; la prairie en face étant réservée aux bestiaux, et subsista longtemps la foire aux oignons, le jour même de la St-Joseph.

    Evidemment ces festivités débutaient par une messe célébrée en la chapelle où l’on remarque les statues de saint Cornély et de sainte Apolline.

    Ce pardon est toujours très suivi par la population de Langon et des environs. - Dimanche une messe sera célébrée à la chapelle à 9 h. L’après-midi après une courte cérémonie religieuse à 15 h débutera la fête champêtre avec stands et jeux divers.

    O.F. 20 mars 1979

    A la section U.N.C.-A.F.N. de Langon

    Dimanche matin, à la mairie de Langon, les membres de la section U.N.C.-A.F.N. ont répondu à l’invitation pour l’assemblée générale. - Après lecture et approbation des comptes rendus moral et financier, plusieurs projets furent présentés. - La parole fut ensuite donnée à M. Collobert, secrétaire départemental de l’U.N.C., qui exposa les conditions de retraite et de l’attribution de la carte de combattant pour les anciens d’A.F.N. et répondait aux questions. - Au cours du vin d’honneur qui clôtura cette réunion, le secrétaire départemental exprima le vœu de l’union entre toutes les formations d’anciens combattants.

    O.F. 21 mars 1979

    Avec les « petits rats de Langon »

    Au cours des séances des arbres de Noël des écoles, les « Petits rats » de Langon firent leur première sortie officielle et donnèrent un aperçu de leurs talents prometteurs.

    Cette école de danse, due à l’initiative de l’association des Menhirs, a débuté après la rentrée scolaire de Pâques 1978, et est placée sous la compétence de Mlle Flore Quibeuf, professeur diplômée.

    Une vingtaine d’enfants (rn majorité des fillettes) suivent ces cours donnés le mercredi, à 17 h 30 pour les petits, et à 18 h 30 pour les grands, à la salle des Menhirs. Le programme de ces cours est basé sur la danse classique avec travail d’assouplissement aux barres pour les grands élèves.

    Mlle Quibeuf se montre très satisfaite de l’application et des progrès des élèves et espère pouvoir les présenter en public dans le courant de juin. Acceptons-en l’augure d’autant plus volontiers qu’un tel spectacle, par son innovation et par la grâce de ses acteurs, serait certes vivement appréciée.

    O.F. 30 mars 1979

    An club « Les Ajoncs d’Or » de Langon

    Aux « Ajoncs d'Or », club du troisième âge, il est d’usage à la dernière réunion du trimestre, de fêter les adhérents qui ont célébré leur anniversaire au cours de cette période. Ainsi, jeudi, douze d’entre étaient à l'honneur, les âges s’échelonnant de 60 à 82 ans, Mme Février en étant la doyenne. Une absence fut regrettée, celle de Mme Leblanc, pour laquelle des vœux de rétablissement furent formulés. La présidente, Mme Ricordel, a offert un paquet de sucreries à ces personnes mises ainsi à l'honneur qui, en remercient, offrent gâteaux et vin.

     Au nombre des projets du club, l’on comte en juin une vente des articles confectionnés aux réunions du jeudi, une exposition vente le 5 août et une promenade- excursion. Quelque 70 personnes sont adhérentes.

    O.F. 19 avril 1979

    L’économie et les hommes.

    M. Roux de Langon : « Un chef d’entreprise, va de l’avant ou recule »

    REDON. - A 50 ans, Adolphe Roux est un patron heureux. Il a comme on dit réussi. Ce fils d'agriculteur de Saint-Ganton a commencé comme menuisier à Langon.

    Aujourd'hui il dirige trois sociétés. Il emploie actuellement 150 personnes et compte en employer 210 d’ici trois ans. Il a signé mercredi un important marché avec l’Allemagne, réussissant ainsi son ouverture vers l’exportation. Son domaine : les cuisines de moyenne et haute gamme.

    C'est en 1954, à 26 ans, qu'Adolphe Roux s'installe à son compte comme menuisier à Langon. Très vite il commence à fabriquer des meubles sous évier. Au fil des ans, il progressera continuellement, finissant par construire des cuisines entières. Il y a dix ans, un accident de parcours l'obligera à repartir pratiquement à zéro. Ce qu'il fera pour arriver à ce qu'il est aujourd'hui. Le responsable de trois sociétés :

    " Cuisines Roux à Langon emploient 100 personnes, Roux Négoce à Paris, 15 personnes et les cuisines Fouché à Rennes, que j'ai rachetées l’an dernier, 35 personnes ».


    En ce qui concerne Langon, la moitié du personnel qui y travaille habite la commune. 80 % des employés ont été formés dans I entreprise. « Il s'agit en grande partie de manœuvres devenus ouvriers spécialisés ».

    Ce sont ces deux dernières années que la progression de l'activité des sociétés Roux a été la plus spectaculaire, que l'entreprise est devenue « saine et rentable ». Le marché était en pleine expansion. « D’un chiffre d'affaires de 400 millions de centimes il y a trois ans, nous sommes passés à une prévision (pour 79) de 4 milliards de centimes ».

    C’est qu’outre le vaste marché breton, normand et parisien qu'il prospecte, M. Roux s'est lancé dans l’exportation. Le départ a été donné par un marché conclu pour juillet prochain en Afrique du Nord. Il s'agit d’équiper tout un immeuble en cuisines ».

    Mais le gros morceau, c’est l’Allemagne. Les premiers contacts ont été pris au dernier salon des arts ménagers ». De contact en contact, le contrat a été signé hier. « On nous assure l’exclusivité sur le marché allemand et pour un million de marks, soit environ 250 millions d'anciens francs de commandes par an. Cet accord concerne les cuisines de haute gamme ».

    De quoi envisager l'avenir avec optimisme. « Le marché, très porteur ces dernières années, va se resserrer dans les années à venir ». Il faudra donc être encore plus compétitif. Aujourd'hui un chef d'entreprise n’a pas le choix. Soit il va carrément de l’avant, soit il fait marche arrière ». M Roux ira de l’avant. « Nous avons investi 300 millions anciens l'an dernier et nous prévoyons pour 79,800 millions d'investissement. Nous mettons en place à « La Jaunais » en Langon, sur un terrain de 6 000 m2 une usine neuve équipée de matériel ultra moderne ». Il est prévu d'embaucher pour cette nouvelle unité 60 personnes en trois ans. Cela n’est pas négligeable dans un pays où les problèmes d'emploi sont cruciaux.

Langon - Classe 9

O.F. 9 mai 1979

Les responsables de la section de tennis de table de l'Espérance peuvent être fiers du succès remporté par les tournois organisés samedi et dimanche. Leur objectif a été atteint : faire mieux connaître cette section et vulgariser ce sport.


    La soirée de samedi était réservée aux licenciés disputant la coupe Mobinter ; les éliminatoires furent disputées par douze concurrents. L'après-midi, du dimanche vit une quarantaine d'amateurs non licenciés s'affronter pour les coupes Balac et Jean Roux. L'élément féminin était représenté par huit concurrentes. Le tirage au sort mit parfois en présence des adversaires aux âges extrêmes : vétérans et jeunes garçons. Ces épreuves furent suivies par de nombreux spectateurs qui eurent l’occasion d'assister à des luttes sévères et de bon niveau technique notamment pour les épreuves finales des licenciés qui clôturèrent ces tournois.

    Résultats 

    Coupe Mobinter : demi-finales : Thierry Lehurt bat Christophe Moquet ; Paul Jallu bat Philippe Frangeul 2 sets à 0. / Finale : T. Lehurt bat Paul Jallu 2 à 0.

    Coupe Balac : demi-finales : René Jallu bat Hervé Boulier, 2 à 0 ; Patrick Tual bat Joseph Roux, 2 à 0.

    Coupe Jean Roux : Demi-finales : Marc Dupont bat Victor Rouault 2 à 0 ; Alain Aubry bat André Bourdais 2 à 0. Finale : Marc Dupont bat Alain Aubry, 2 à 0.

    Les coupes furent remises respectivement par MM. Jean-Luc Roux, Paul Urvoy et Pierre Moquet.

    O.F. 23 mai 1979

    Langon

    Dix-neuf équipes au rallye des Menhirs

    Dix-neuf équipages, soit près d’une centaine de personnes, prenaient, dimanche matin, le départ du quatrième rallye organisé par l’association de Menhirs. De nombreux jeunes disputèrent cette compétition empruntant un itinéraire très pittoresque avec les vallées de l’Arz et de l’Oust ; des contrôles étant établis à Saint-Just, La Gacilly, Rochefort-en-Terre, Saint-Perreux. Le soleil, hélas ! n’était pas au rendez-vous et malgré ce handicap, seize équipages accomplirent cette longue boucle. Concurrents heureux et malheureux se retrouvèrent le soir au restaurant des « Treize Clochers », à Langon, pour la proclamation du palmarès par M. J-P. Billette, secrétaire de l’Association. La palme revint à M. et Mme Fauchet, professeurs à Guémené-Penfao, précédant un autre équipage de la même commune et M. et Mme J-P. Thébault, de Langon.

    C’était dimanche la journée des rallyes, Langon était ainsi un poste de contrôle pour des rallymen de la région de Redon dont plusieurs durent recourir à de bons services pour découvrir l’astuce (bien connue) renfermée dans la question « Pourquoi l’église de Langon a-t-elle treize clochers et douze cents cloches » ?

    O.F. 29 mai 1979

    Langon

    Au conseil municipal : élections d’adjoints.

    Au cours de la séance présidée hier au soir par Mme Renouard, maire, le conseil était appelé à procéder à la nomination de deux adjoints :

    Premier adjoint : la démission présentée par M. Alphonse Gascard, pour raisons familiales et professionnelles, ayant été acceptée, M. Alexandre Billard, second adjoint, devient de droit premier adjoint.

    Deuxième adjoint : pour désigner u remplaçant à M. Billard, il a fallu procéder à deux tours de scrutins.

    Premier tour, votants, 12 ; nuls, 3 ; exprimés, 9. Ont obtenu, MM. Henri Laurent, 5 v. ; Georges Laurand, 1 v. ; Louis Frangeul, 1 v. ; Gascard, 1 v. ; Gauvin, 1 v.

    Deuxième tour, votants, 12 ; nuls, 2 ; exprimés, 10. Ont obtenu, M. Henri Laurent, 8 v. (élu) ; M. Georges Laurand, 1 v. ; M ; Frangeul, 1 v.

    O.F. 2 juin 1979

    Faits divers

    Cambriolage à la mairie de Langon

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, des inconnus se sont introduit par effraction dans la mairie de Langon. Ils ont brisé le carreau d'une fenêtre de la salle des mariages au rez-de-chaussée du bâtiment.

    Le carreau du secrétariat de mairie dont l’entrée a été fracturée a également été cassé. Tous les meubles ont été fouillés et il semble que les auteurs de l'effraction cherchaient un dossier ; 100 F en billets ont été dérobés mais les voleurs ont délaissé la monnaie et les carnets de chèques.

    Dans la même nuit, le cabinet du docteur Le Roux, toujours dans la commune de Langon, a été visité par des visiteurs qui ont cassé le carreau d’une fenêtre donnant sur la rue. Il semble que l’objet qui a servi à ces divers bris de vitrines soit un genre de poinçon à bout carré planté dans le mastic. Dans le cabinet au médecin, aucun vol n’a été constaté mais il semblerait surtout que les dossiers médicaux aient été consultés.

 

 

O.F. 21 juin 1979

Un cyclomotoriste tué à Langon

Mardi à 18 h 40 à « Radineux » sur la route de Guipry à Langon, un cyclomotoriste, M. Bernard Ducloyer, 31 ans, employé communal demeurant au « Brûlais » en Langon qui se dirigeait vers Guipry a été, a un carrefour, renversé par une voiture que conduisait M. L . R….., 29 ans, ouvrier d'usine, demeurant à Langon.

Transporté à Pontchaillou, M. Ducloyer devait y décéder des suites de ses blessures.